Ensemble, nous avons du pouvoir

Depuis plus d’un demi siècle, Amnesty International travaille à établir une passerelle entre les personnes victimes de violations des droits
humains et les citoyens du monde entier prêts à défendre et protéger leurs droits. Le combat pour que toute personne puisse jouir de ses
droits universellement reconnus est à l’origine de notre création. L’information et la mobilisation de l’opinion publique pour défendre et faire avancer ces droits sont au coeur de notre identité
Amnesty s’engage pour les personnes, et surtout avec elles, c’est-à-dire avec leur consentement, et dans la plus étroite collaboration
possible. En effet, quand leur environnement le permet, les victimes sont souvent leur meilleur “défenseur". Le travail d’AI est donc de fairer en sorte que leur voix soit entendue : AI leur donne un espace d’expression auprès de l’opinion, des autorités publiques et des médias.
Votre intervention, seul(e) ou avec d’autres, contribue à des résultats positifs dans environ un tiers des cas suivis.

Signez notre pétition

Derrière chaque personne pour laquelle vous agissez, il y’a d’autres individus susceptibles de subir les mêmes types de violations. S’engager pour défendre les droits d’une personne, c’est mettre en lumière le sort de toutes celles qui subissent le même sort; c’est surtout faire en sorte de dissuader de nouvelles exactions à l’encontre d’autres populations à risque. Cela implique aussi d’appeler à changer les politiques, législations et pratiques conduisant à celles-ci.

Pétition à la une

Demandez aux autorités de révéler où se trouve Ibrahim Ezz el Din

Ibrahim Ezz el Din, 26 ans, mène des recherches sur les expulsions forcées et appelle à l’accès à un logement sûr et abordable pour toutes et tous en Égypte. Dans le cadre de la pire répression de la liberté d’expression en Egypte, il a été soumis à une disparition forcée. Nous vous invitons à agir

Signer la pétition
Pétitions

Demander justice pour la famille de l’étudiant Mouhamadou Fallou SENE

Fallou SENE, 26 ans, étudiant en Licence à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis réclamait le paiement des bourses et de meilleures conditions d’étude. Il a succombé à ses blessures le 15 mai 2018 par suite des tirs des forces de l’ordre au niveau du campus universitaire.

Signer la pétition

Aidez-nous à faire sortir Magai du quartier des condamnés à mort

Magai Matiop Ngong n’avait que 15 ans quand il a été condamné à mort au Soudan du Sud. Le gouvernement doit commuer sa peine en tenant compte du fait qu’il était mineur et cesser d’avoir recours à la peine de mort contre les mineurs en vertu du droit international relatif aux droits humains.

Signer la pétition

Ecrivez une lettre

Votre rapidité d’intervention est vitale pour de nombreuses personnes, menacées d’exécution,d’emprisonnement, de torture, de “disparition", d’expulsion forcée, partout dans le monde. En de telles situations, les individus redigent des courriers visant à faire pression sur les autorités responsables de ces violations. Les messages de soutien directement envoyés à des personnes en danger constituent un réconfort très important. Nos membres mobilisent leur environnement local, organisent des rassemblement, alertent les médias locaux, sollicitent les élus

Lettre à la une
Niger, militants arrêtés

Niger : Militants arrêtés pour avoir organisé une manifestation

Sept militants ont été arrêtés entre le 15 et le 17 mars à Niamey après l’organisation une manifestation. Ils sont poursuivis pour organisation d’un rassemblement non autorisé et complicité dans la dégradation de biens publics, incendie volontaire et homicide avec circonstances atténuantes.

Envoyer la lettre
Lettres

Il faut accorder des visites à Guy Marius Sagna, en attendant qu’il soit libéré

Guy Marius Sagna est maintenu en détention alors que les huit autres manifestants ont bénéficié d’une liberté provisoire. En attendant sa libération immédiate et sans condition, il doit recevoir des visites et accéder à toutes les nécessités telles que les appels téléphoniques

Envoyer la lettre
Guy Marius Sagna

Demandez l’abandon des charges qui pèsent sur Guy Marius Sagna

Guy Marius Sagna a obtenu une liberté provisoire le 16 août, un mois après avoir été arrêté pour des publications sur Facebook. Inculpé de “fausse alerte au terrorisme” en vertu du Code pénal sénégalais, il encourt jusqu’à cinq années d’emprisonnement s’il est déclaré coupable.

Envoyer la lettre