Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Zimbabwe : L’attaque ayant visé le site Internet 263 Chat est une tentative (...)

Zimbabwe : L’attaque ayant visé le site Internet 263 Chat est une tentative flagrante de museler les médias

4 avril 2019

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

Une descente de police dans les bureaux du site d’information en ligne 263 Chat, après qu’un des journalistes de celui-ci a filmé une opération visant à chasser des vendeurs des rues de Harare, constitue une attaque flagrante contre le droit à la liberté d’expression et la liberté de la presse, a déclaré Amnesty International jeudi 4 avril.

Des policiers ont envoyé du gaz lacrymogène dans la salle de rédaction après avoir poursuivi le journaliste Lovejoy Mtongwiza jusqu’à l’intérieur des bureaux de 263 Chat. Le journaliste avait photographié et filmé des policiers en train de forcer des vendeurs des rues à quitter leur emplacement dans la capitale zimbabwéenne . Voir aussi : Zimbabwe : Répression impitoyable de la liberté de réunion

« L’attaque du 4 avril contre la rédaction de 263 Chat avaient pour objectif de faire peur aux journalistes et de montrer jusqu’où la police zimbabwéenne est prête à aller pour réduire la presse au silence », a déclaré Muleya Mwananyanda, directrice régionale adjointe pour l’Afrique australe à Amnesty International.

« Les autorités doivent cesser de prendre les médias pour cible, diligenter une enquête efficace et approfondie sur cette attaque dans les meilleurs délais, et veiller à ce que l’ensemble des agresseurs présumés soient identifiés et traduits en justice. »

263 Chat est un site d’information couvrant des sujets politiques, économiques et sociaux au Zimbabwe.

Le journaliste Lovejoy Mtongwiza a été envoyé au centre-ville pour y prendre des photos d’une opération de la police nationale et de la municipalité de Harare visant à faire partir des vendeurs des rues de cette zone.

Lorsqu’un groupe de policiers et d’employés municipaux se sont mis à la poursuite de Lovejoy Mtongwiza, il a couru se réfugier dans les bureaux de son employeur. La police l’y a suivi et a lancé du gaz lacrymogène dans la salle de rédaction de 263 Chat, où 14 autres journalistes travaillaient. Des policiers ont également saisi le téléphone portable d’un des reporters.

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/infos/actual...

Partager