Categories

Accueil > Nos Campagnes > Défenseurs des droits humains (2016 - 2017) > Consensus autour de l’adoption d’une loi sur la protection des défenseurs des (...)

Consensus autour de l’adoption d’une loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme au Sénégal

29 novembre 2017
El hadj Abdoulaye Seck

Dakar a accueilli les 3 et 4 octobre 2017, le premier atelier de formation organisé par la Coalition sénégalaise des Défenseurs des Droits Humains (COSEDDH). Pendant deux jours, les participants ont échangé sur les instruments et mécanismes juridiques de protection des défenseurs ainsi que les obstacles auxquels ils sont confrontés dans leurs actions quotidiennes.

Il faut noter que les défenseurs des droits de l’homme jouent un rôle essentiel dans les sociétés démocratiques. La société civile, entre autres, aide les États à garantir le plein respect des droits de l’homme, des libertés fondamentales, de la démocratie et la primauté du droit. En conséquence, les défenseurs des droits de l’homme exercent des fonctions importantes et légitimes dans les sociétés démocratiques.

Les pouvoirs publics doivent respecter l’expression pacifique d’opinions dissidentes au sein des sociétés démocratiques et reconnaître publiquement le rôle important et légitime des défenseurs des droits de l’homme.

Toutefois la défense des droits de l’Homme peut être un travail difficile et dangereux , les défenseurs des droits humains font souvent l’objet de persécutions et de harcèlement , de sanctions, d’arrestation ou de détentions arbitraires, de procès d’intention et parfois d’assassinat surtout dans les pays où l’état de droit reste problématique.

L’atelier a été mis à profit par les défenseurs des droits humains pour échanger sur les possibilités de partenariat entre acteurs et les outils garantissant une meilleure protection physique et virtuelle en lien avec leurs actions d’information et de sensibilisation du public.

Les représailles commises contre les défenseurs des droits humains sont l’un des motifs de l’adoption de divers instruments et mécanismes de protection dans l’exercice de leur travail. On peut citer notamment la déclaration sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales universellement reconnus.

D’autres mécanismes existent également notamment les lignes directrices de Robben Island, la nomination d’un Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs et de la Rapporteur Spéciale de la Commission Africaine sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme en Afrique sans oublier le bureau du commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Garde des Sceaux Ministre de la Justice Ismaila Madior Fall qui a déclaré que le gouvernent du Sénégal n’était pas contre l’adoption d’une loi sur les défenseurs des droits de l’homme.

Partager