Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > RDC : Non au travail des enfants dans les mines

RDC : Non au travail des enfants dans les mines

1er septembre 2017

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

En réaction à l’engagement souscrit cette semaine par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) d’éliminer le travail des enfants dans le secteur minier d’ici 2025, Seema Joshi, responsable de l’équipe Entreprises et droits humains à Amnesty International, a déclaré :

« Cet engagement pourrait marquer une étape importante sur le chemin vers l’éradication du fléau que représente le travail des enfants dans les mines en RDC. Certains n’ont que sept ans. S’il est mis en œuvre, cela veut dire que les futures générations ne passeront pas leur enfance à extraire des minerais pour nos smartphones et nos voitures électriques, dans des conditions obscures, sales et dangereuses.

« La stratégie du gouvernement répond directement aux conclusions publiées par Amnesty International et, pour la première fois, reconnaît que des enfants travaillent dans les mines artisanales de cobalt.

« Ce sont des évolutions encourageantes, mais l’enjeu est désormais d’appliquer cet engagement. Les précédentes promesses du gouvernement pour en finir avec le travail des enfants n’ont rien donné. Nous suivrons de très près la situation afin de veiller à ce que ce ne soit pas à nouveau un faux espoir pour les enfants en RDC. »

C’est le ministre d’État en charge de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance sociale, Lambert Matuku Memas, qui a annoncé la nouvelle stratégie du gouvernement en matière de travail des enfants. Il a fait cette annonce lors d’un atelier organisé à Kinshasa les 30 et 31 août, au sein duquel le gouvernement congolais a lancé une nouvelle stratégie nationale afin de lutter contre le travail des enfants dans les sites miniers artisanaux.

Complément d’information

On ignore combien d’enfants travaillent dans les mines en RDC ; l’UNICEF a estimé qu’en 2014, environ 40 000 enfants travaillaient dans les mines du sud de la RDC.

Le rapport d’Amnesty International sur le recours au travail des enfants dans les mines de cobalt en RDC, co-écrit avec Afrewatch en 2016, est disponible ici : « Voilà pourquoi on meurt ». Les atteintes aux droits humains en République démocratique du Congo alimentent le commerce mondial. Lors de l’atelier organisé cette semaine, le gouvernement congolais s’est engagé à mettre en œuvre progressivement toutes les recommandations formulées à son endroit dans ce rapport.

Le cobalt est un composant vital des batteries de type lithium-ion qui alimentent en électricité la plupart des gadgets électroniques et des véhicules électriques. Plus de la moitié du cobalt mondial est extraite des mines de la RDC.

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/infos/actual...

Partager