Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Palestine : Dangereuse escalade des attaques contre la liberté (...)

Palestine : Dangereuse escalade des attaques contre la liberté d’expression

25 août 2017

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

L’Autorité palestinienne en Cisjordanie et sa rivale, l’administration de facto du Hamas à Gaza, ont toutes deux resserré l’étau autour de la liberté d’expression ces derniers mois. Elles ont lancé une campagne de répression contre la dissidence, interrogeant et plaçant en détention des journalistes des médias de l’opposition afin d’exercer des pressions sur leurs adversaires politiques.

En Cisjordanie, l’Autorité palestinienne a arrêté six journalistes en août à ce jour, fermé 29 sites Web et introduit une loi controversée sur la cybercriminalité, qui encadre très strictement la liberté des médias et interdit l’expression et la dissidence en ligne. Dans la bande de Gaza, les forces de sécurité du Hamas ont arrêté au moins deux journalistes depuis le mois de juin et ont empêché d’autres professionnels des médias de faire librement leur travail. Au moins 12 Palestiniens, dont des militants, ont également été placés en détention par le Hamas pour des commentaires critiques postés sur Facebook.

« Ces derniers mois, l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et le Hamas à Gaza ont fortement intensifié les attaques contre les journalistes et les médias pour tenter d’étouffer la dissidence. Ces attaques sont un recul inquiétant pour la liberté d’expression en Palestine  », a déclaré Magdalena Mughrabi, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« En arrêtant des journalistes et en fermant des sites Web d’opposition, l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et l’administration de la bande de Gaza semblent recourir aux tactiques d’un État policier pour faire taire les médias qui expriment des critiques et bloquer arbitrairement l’accès de la population à l’information  ».

La Loi sur la cybercriminalité, adoptée par le président Mahmoud Abbas en juillet, bafoue les droits des citoyens à la vie privée et à la liberté d’expression et va manifestement à l’encontre des obligations qui incombent à l’État de Palestine en vertu du droit international.

Cette loi prévoit de lourdes amendes et permet de placer arbitrairement en détention toute personne exprimant en ligne des vues critiques à l’égard des autorités palestiniennes, y compris les journalistes et les lanceurs d’alerte. Elle pourrait également être utilisée pour prendre pour cible toute personne ayant simplement partagé ou retweeté des informations de ce type. Quiconque est réputé avoir troublé « l’ordre public », «  l’unité nationale » ou la « paix sociale » est passible d’une peine d’emprisonnement et de jusqu’à 15 ans de travaux forcés.

« Au lieu de mener une sinistre campagne pour museler la dissidence, intimider les journalistes et porter atteinte à la vie privée des personnes, les autorités palestiniennes doivent arrêter de placer arbitrairement des journalistes en détention et abandonner les charges retenues contre toute personne poursuivie pour s’être exprimée librement. Elles doivent également abroger de toute urgence la Loi sur la cybercriminalité  », a déclaré Magdalena Mughrabi.

En juin, plusieurs semaines avant l’entrée en vigueur de la Loi sur la cybercriminalité, l’Autorité palestinienne a ordonné arbitrairement aux fournisseurs de services Internet en Cisjordanie de bloquer l’accès à 29 sites Web, d’après le Centre palestinien pour le développement et les libertés des médias MADA . Il s’agit notamment de sites Web appartenant à des partis politiques, à des médias d’opposition et à des médias indépendants, ainsi qu’au réseau Al Quds, un organe de presse communautaire en ligne géré par des bénévoles.

Au moins six personnes en Cisjordanie ont été placées en détention et inculpées de diffamation ou de diffusion d’informations « constituant une menace pour l’État » depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur la cybercriminalité en juillet. Elles attendent actuellement l’ouverture de leur procès. Au moins 10 journalistes ont été convoqués aux fins d’interrogatoire par les forces de sécurité palestiniennes en juin et en juillet.

Dans la bande de Gaza, les forces de sécurité du Hamas ont arrêté deux journalistes en juin, empêché des journalistes de faire leur travail d’information dans certaines zones et restreint l’activité professionnelle d’un journaliste étranger. Au moins 12 militants et journalistes ont été arrêtés et interrogés sur des commentaires et des caricatures postés sur des réseaux sociaux considérés comme critiques à l’égard des autorités du Hamas.

Amnesty International a également recueilli des éléments de preuve laissant à penser qu’au moins un des militants a été torturé et soumis à d’autres formes de mauvais traitements en garde à vue. Entre autres sévices, on l’aurait roué de coups, on lui aurait bandé les yeux et on l’aurait contraint à rester dans des positions douloureuses pendant de longues périodes.

« Le Hamas doit immédiatement libérer toute personne détenue uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression, et enquêter de toute urgence sur les allégations faisant état d’actes de torture et d’autres mauvais traitements infligés à des détenus par les forces de sécurité », a déclaré Magdalena Mughrabi.

Selon le MADA, l’Autorité palestinienne en Cisjordanie est responsable de 81 attaques contre la liberté des médias depuis le début de l’année. L’administration du Hamas à Gaza, quant à elle, est responsable de 20 attaques de ce type.

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/infos/actual...

Partager