Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Kenya : Assassinat de Chris Msando

Kenya : Assassinat de Chris Msando

2 août 2017

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

Des événements survenus récemment au Kenya, notamment l’assassinat d’un haut responsable de la Commission électorale, créent un climat de peur qu’il faut dissiper, a déclaré Amnesty International le 2 août, à l’approche des élections qui se tiendront la semaine prochaine.

Chris Msando, le responsable du système de vote électronique à la Commission électorale indépendante du pays (IEBC), a été retrouvé mort, assassiné, trois jours après que sa famille eut signalé sa disparition à la police.

« Cet assassinat a terrifié de nombreux Kenyans et fait ressurgir le spectre de la violence, a déclaré Muthoni Wanyeki, directrice régionale d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands Lacs.

« L’assassinat de Chris Msando est le pire des événements survenus au cours de cette année électorale, mais ce n’est pas le seul à même d’instiller la peur. De nombreuses déclarations menaçantes ont été faites par de hauts responsables et des représentants politiques, qui portent atteinte aux droits à la liberté d’expression et à l’accès à l’information. »

Des représentants du gouvernement ont fait des déclarations inquiétantes. Le ministre kenyan de l’Information, de la Communication et de la Technologie, Joe Mucheru, a menacé de révoquer les licences des médias qui diffuseront en direct les résultats annoncés par la Commission électorale.

« Le gouvernement doit prendre des mesures concrètes pour apaiser les tensions et rassurer les électeurs en leur faisant savoir que leur sécurité est considérée comme prioritaire. Cela implique d’ouvrir une enquête indépendante et efficace sur l’assassinat de Chris Msando et de veiller à ce que les responsables présumés rendent des comptes, a déclaré Muthoni Wanyeki.

« Les autorités doivent également s’abstenir de faire des déclarations contenant des menaces visant les journalistes et les organisations de la société civile. Les médias doivent pouvoir diffuser les résultats dès qu’ils seront annoncés par les responsables des bureaux de vote et les centres de décompte des voix, et procéder à leur propre décompte total des résultats obtenus au niveau national. »

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/infos/actual...

Partager