Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Le directeur d’Amnesty Belgique francophone enfermé dans une cage pour (...)

Le directeur d’Amnesty Belgique francophone enfermé dans une cage pour demander la libération de ses collègues turcs

7 juillet 2017

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

Ce lundi 10 juillet, des militants d’Amnesty International se rassembleront devant l’ambassade de Turquie pour protester contre l’arrestation d’Idil Eser et l’emprisonnement de Taner Kiliç, respectivement directrice et président de la section turque d’Amnesty International et réclameront leur libération immédiate et sans condition. Ils déploieront pour cela une banderole et enfermeront symboliquement dans une cage le directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

« Après le président de la section turque de notre organisation, c’est maintenant au tour de la directrice, Idil Eser, de faire les frais de la féroce répression post-coup d’État manqué qui se poursuit depuis presque un an en Turquie. Les soupçons dont elle fait l’objet sont tout à fait absurdes et témoignent de la difficulté pour les militants des droits humains de mener leur mission pacifiquement dans le pays. », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

Idil Eser a été arrêtée le 5 juillet aux côtés de sept autres défenseurs des droits humains et deux formateurs, alors qu’ils participaient à un séminaire sur la sécurité numérique et la gestion des données à Büyükada, au sud d’Istanbul. Pendant 24 h, ils n’ont pas pu avoir accès à un avocat ni contacter leur famille. Personne ne savait où ils se trouvaient. Idil Eser et au moins deux autres personnes arrêtées sont soupçonnées à tort d’appartenance à une « organisation terroriste armée ».

Les huit défenseurs des droits humains détenus sont Idil Eser (Amnesty International), lknur Üstün (Women’s Coalition), Günal Kurun (Human Rights Agenda Association), Nalan Erkem (Citizens Assembly), Nejat Tatan (Equal Rights Watch Association), Özlem Dalkıran (Citizens’ Assembly), Eyhmuz Özbekli (avocat) et Veli Acu (Human Rights Agenda Association). L’organisation de défense des droits humains réclame également leur libération immédiate et sans condition.

Complément d’information

Le 6 juin dernier, Taner Kiliç, le président d’Amnesty Turquie, a été arrêté avec 22 autres avocats à Izmir. Il est accusé à tort de faire partie du mouvement de Fethullah Gülen, considéré par les autorités turques comme une « organisation terroriste » responsable de la tentative de coup d’État de juillet 2016. Après trois jours de détention, Taner Kiliç a été inculpé pour terrorisme et est actuellement en attente de son procès. Il n’y a à ce jour aucune preuve crédible et recevable de l’implication du président d’Amnesty International Turquie et des 22 autres avocats dans des infractions reconnues au niveau international.

Depuis la tentative de coup d’État de juillet 2016, le gouvernement turc mène une intense campagne de répression à l’encontre des fonctionnaires, de la société civile et des médias. Plus de 100 000 fonctionnaires (enseignants, forces de l’ordre, professionnels de la santé et de la justice) ont ainsi été limogés et nombre d’entre eux emprisonnés ; plusieurs centaines d’ONG et de médias ont été fermés et plus de 100 journalistes incarcérés.

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/infos/actual...

Partager