Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Népal : Demande de respect des droits humains durant les élections

Népal : Demande de respect des droits humains durant les élections

27 juin 2017

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

À l’approche de la deuxième phase d’élections locales historiques qui se tiendront au Népal demain, le 28 juin, Amnesty International appelle les autorités du pays à respecter les droits fondamentaux des personnes.

Le vote doit avoir lieu dans la province n°2, qui comporte des zones où Amnesty International a recensé de graves violations des droits humains, imputables en particulier aux forces de sécurité, notamment le recours illégal à une force excessive et meurtrière, à la torture et à d’autres mauvais traitements, ainsi qu’à la détention arbitraire.

« Les autorités sont tenues de respecter et de protéger les droits des personnes à la liberté de réunion pacifique, à la liberté d’association et à la liberté d’expression », a déclaré Aura Freeman, chargée de campagne Népal à Amnesty International.

« Les forces de sécurité, dans l’exercice de leurs fonctions, doivent se conformer aux normes internationales. Elles ne peuvent faire usage d’armes à feu qu’en cas de légitime défense ou pour défendre des tiers contre une menace imminente de mort ou de blessure grave, et ne doivent pas y avoir recours pour gérer ou interrompre des réunions publiques. »

Complément d’information

Les armes à feu ne doivent jamais être utilisées comme outil tactique pour gérer ou disperser des manifestations ou d’autres réunions publiques, et les gouvernements doivent faire en sorte que l’usage arbitraire ou abusif de la force ou des armes à feu par les responsables de l’application des lois soit puni comme une infraction pénale.

En mars, les forces de sécurité népalaises ont fait un usage illégal de la force meurtrière en ouvrant le feu sur une foule de manifestants dans le district de Saptari, dans les plaines du Teraï (sud du Népal), tuant trois personnes et en blessant 16 autres.

En juin, des arrestations et des détentions arbitraires ont été signalées, ainsi qu’une utilisation excessive de la force par les forces de sécurité contre des personnes qui manifestaient contre la deuxième phase des élections dans le Teraï.

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/infos/actual...

Partager