Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > L’armée procède à une exécution

L’armée procède à une exécution

25 mai 2017

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

Une vidéo, qui constitue un élément nouveau dont l’authenticité a été vérifiée de manière indépendante par Amnesty International, montre des hommes en uniformes de l’armée mexicaine abattant une personne lors d’une opération de sécurité dans le centre du Mexique, ce qui indique qu’il est urgent que les militaires cessent de remplir des missions de police, a déclaré Amnesty International jeudi 25 mai 2017, alors qu’est examiné actuellement au Mexique un texte de loi qui autoriserait l’armée à jouer le rôle de la police.

« Cette vidéo illustre ce que les défenseurs des droits humains dénoncent depuis des décennies : l’armée mexicaine échappe à tout contrôle ; elle ne doit donc pas se voir confier d’opérations de sécurité publique, a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques à Amnesty International.

« L’idée même d’autoriser des militaires à détenir des personnes et à enquêter sur des infractions est scandaleuse au vu du bilan désastreux de l’armée mexicaine en matière de droits humains. C’est une stratégie mal pensée qui s’est déjà révélée totalement inefficace.

« Plutôt que de répondre à la violence par la violence au risque de devenir un groupe criminel de plus, il faut que les autorités mexicaines se concentrent sur leur obligation de protéger les droits et la sécurité de tous. »

Des sources militaires ont confirmé officiellement que, le 3 mai 2017, l’armée avait effectué deux opérations de sécurité à Palmarito Tochapan, une petite ville de l’État de Puebla, dans le centre du Mexique. Elles ont indiqué que, pendant la seconde opération, des échanges de tirs entre des militaires et des criminels présumés avaient entraîné la mort de cinq personnes, dont deux militaires. Quelques jours plus tard, une vidéo qui aurait été filmée à ce moment-là a été diffusée sur les réseaux sociaux. On y voit, semble-t-il, un militaire tirer sur une personne à terre.

Amnesty International a vérifié de manière indépendante l’authenticité de l’enregistrement et n’a trouvé aucun élément indiquant qu’il avait été retouché ou falsifié.

L’organisation est également en mesure d’attester qu’il a bien été réalisé à Palmarito Tochapan, qu’il n’est pas apparu sur Internet avant le 4 mai 2017 et que les uniformes, armes et véhicules que l’on y voit sont similaires à ceux qui figurent sur d’autres vidéos montrant l’armée mexicaine.

En outre, elle a analysé d’autres vidéos de la même opération qui avaient été mises à disposition de manière indépendante sur les réseaux sociaux ; celles-ci corroborent la première.

Au vu de ces éléments, Amnesty International estime qu’il est raisonnable de penser qu’une exécution extrajudiciaire a peut-être eu lieu à Palmarito Tochapan dans la nuit du 3 mai 2017 et appelle les autorités à diligenter une enquête civile impartiale, indépendante et efficace sur les militaires soupçonnés d’être impliqués dans l’affaire, y compris ceux chargés d’un commandement ou occupant un poste à haute responsabilité.

« Tout porte à croire que des militaires mexicains ont procédé à une exécution extrajudiciaire, ce qui constitue un crime au regard du droit international. Les autorités mexicaines ont perdu suffisamment de temps, il faut qu’elles diligentent de toute urgence une enquête civile sur ces faits. »

En attendant, un projet de loi sur la « sécurité intérieure » fait actuellement l’objet d’un débat national ; il prévoit de charger les forces armées de participer à certaines opérations de sécurité qui devraient normalement être confiées à la police. Elles seraient ainsi autorisées à détenir des personnes, à rassembler et à traiter des preuves, et à enquêter sur des infractions.

Pour en savoir plus :

Mexique. La violence sexuelle est régulièrement utilisée comme méthode de torture pour obliger les femmes à faire des « aveux » (nouvelle/rapport, 28 juin 2016)

https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2016/06/mexico-sexual-violence-routinely-used-as-torture-to-secure-confessions-from-women/

Mexique. Il faut enquêter sur de nouveaux éléments tendant à prouver qu’un ordre de l’armée a conduit au massacre de 22 personnes (nouvelle, 3 juillet 2015)

https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2015/07/mexico-military-order-may-have-provoked-massacre-of-22-people/

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/infos/actual...

Partager