Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > 1 million de signatures pour Snowden

1 million de signatures pour Snowden

13 janvier 2017

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

Dans le cadre de la campagne Graciez Snowden, plus d’un million de signatures ont été remises au président Barack Obama, l’exhortant à gracier le lanceur d’alerte Edward Snowden avant de quitter ses fonctions le 20 janvier. Au total, 1 101 252 signatures ont été remises à la Maison Blanche, après avoir été recueillies dans le cadre de la campagne menée par l’Union américaine pour les libertés publiques (ACLU), Amnesty International, Human Rights Watch, Demand Progress et CREDO Action.

« Des citoyens du monde entier se sont unis pour témoigner leur soutien à Edward Snowden et le remercier du service public qu’il a rendu en défendant leurs droits fondamentaux. Edward Snowden est un héros, pas un traître, et le fait qu’il demeure dans l’incertitude plusieurs années après avoir déclenché au niveau mondial un débat essentiel sur la surveillance et la vie privée est une injustice flagrante. Il mérite mieux qu’une vie en exil, a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.

« En graciant Snowden, le président Obama se placerait du bon côté de l’histoire et montrerait qu’il se range aux côtés de tous ceux qui se battent pour ce qui est juste, même s’il faut payer le prix fort sur le plan personnel. »

Lancée en septembre par l’ACLU, Amnesty International et Human Rights Watch, la campagne Graciez Snowden a bénéficié du soutien d’éminents universitaires, d’experts du renseignement, d’experts en technologie, d’artistes et de militants. Parmi ses signataires figurent George Soros, fondateur et président d’Open Society Foundations, le cofondateur d’Apple Steve Wozniak, le président de Twitter Jack Dorsey, Timothy Edgar, ancien directeur de la sécurité à la Maison-Blanche, le lanceur d’alerte sur les Pentagon Papers Daniel Ellsberg, les acteurs Maggie Gyllenhaal, Danny Glover et Mark Ruffalo, et les écrivains Cheryl Strayed, Joyce Carol Oates et Teju Cole.

La campagne a mis en exergue les arguments suivants :

• les révélations de Snowden ont déclenché un débat au niveau mondial sur la surveillance exercée par le gouvernement, une supervision accrue des trois branches du gouvernement et des réformes notables mises en œuvre par le Congrès et l’exécutif ;

• Edward Snowden a pris grand soin de dévoiler des informations de manière responsable et uniquement à des journalistes établis, de confiance, à condition qu’ils autorisent le gouvernement américain à engager une action contre la publication ;

• les lanceurs d’alerte permettent d’exercer un contrôle sur les pouvoirs publics et ne doivent pas être jugés au titre de la Loi relative à l’espionnage, héritée de l’époque de la Première Guerre mondiale, qui n’établit pas de distinction entre le fait de vendre des secrets à des gouvernements étrangers et de les donner à des journalistes œuvrant pour l’intérêt général.

« Lorsqu’Internet est apparu, nous pensions qu’il allait devenir un phare pour la liberté, le partage et l’apprentissage. Edward Snowden nous a montré qu’il était en fait utilisé par les gouvernements et les entreprises pour nous surveiller et s’introduire dans notre vie privée, a déclaré Steve Wozniak. Il a renoncé à sa vie pour se dresser contre l’espionnage secret et défendre la Constitution. C’est pourquoi Edward Snowden est un héros, et c’est pourquoi il mérite d’être gracié. »

La pétition a été remise à la Maison Blanche accompagnée d’une lettre du directeur exécutif de l’ACLU Anthony Romero, du directeur exécutif de Human Rights Watch Kenneth Roth et du secrétaire général d’Amnesty International Salil Shetty.

« Vous avez vous-même déclaré en 2014 que le débat suscité par Edward Snowden allait " nous rendre plus forts ". Vous aviez raison », peut-on lire dans cette lettre. « Nous sommes convaincus que l’on se souviendra d’Edward Snowden comme d’un héros des droits humains et l’un des principaux lanceurs d’alerte de l’histoire. Accorder la grâce présidentielle à Edward Snowden permettrait d’affirmer avec courage le droit des citoyens d’amener les gouvernements à rendre des comptes en cas d’abus de pouvoir. »

on se souviendra d’Edward Snowden comme d’un héros des droits humains et l’un des principaux lanceurs d’alerte de l’histoire

Daniel Ellsberg, qui a lancé l’alerte des Pentagon Papers (« papiers du Pentagone »), rapport du ministère de la Défense qui relatait l’implication du gouvernement américain au Viêt-Nam, a demandé au président Barack Obama d’agir :

« Edward Snowden est vraiment la personne avec laquelle je m’identifie en ce monde. Il a vu des politiques dangereuses, illégales et inconstitutionnelles qui menaçaient fondamentalement notre démocratie, et au lieu de fermer les yeux, il a tout sacrifié pour y mettre un terme. J’espère que les employés du gouvernement qui sont témoins de méfaits suivront son exemple en respectant leur serment de défendre la Constitution. Le président Obama doit reconnaître son courage et lui permettre de rentrer chez lui. »

il a tout sacrifié pour y mettre un terme

En novembre 2016, une dizaine d’ex-membres du personnel de la commission sénatoriale Church, qui ont supervisé une enquête bipartite sur les activités de renseignements du gouvernement américain dans les années 1970, ont demandé au président Barack Obama et à la procureure générale Loretta Lynch de faire preuve de clémence à l’égard d’Edward Snowden. Faisant valoir que l’action de Snowden était bénéfique pour la démocratie, ils ont cité le traitement réservé par le gouvernement au conseiller à la sécurité nationale Sandy Berger et aux ex-directeurs de la CIA John Deutch et David Petraeus, qui ont tous divulgué des informations classées secrètes.

Le président Obama a commué les condamnations à des peines de prison de 1 176 personnes et accordé la grâce à 78 personnes, dont trois Irano-Américains dans le cadre de l’accord nucléaire iranien conclu en 2015.

« C’est précisément pour des affaires comme celle d’Edward Snowden que le pouvoir d’accorder la grâce existe, a déclaré Ben Wizner, avocat de l’ACLU et conseiller juridique de Snowden. Le président Obama a la possibilité d’utiliser ce pouvoir pour reconnaître l’un des lancements d’alerte les plus importants de l’histoire moderne. Passer à l’action tant que c’est encore possible adresserait un signal puissant au monde, en ces temps troublés, et ferait savoir que de nombreux Américains sont engagés en faveur des droits humains et des principes démocratiques. »

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/je-veux-m-in...

Partager