Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Des militants antiesclavagistes risquent la prison

Des militants antiesclavagistes risquent la prison

1er novembre 2016

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

La cour d’appel de Mauritanie doit annuler les peines d’emprisonnement allant jusqu’à 15 années qui ont été prononcées contre 13 militants antiesclavagistes et les libérer de prison immédiatement, a déclaré Amnesty International avant leur audience lundi 31 octobre.

« Les autorités se servent de cette affaire dont la solution est évidente pour tenter de faire taire les militants antiesclavagistes en Mauritanie, a déclaré Kiné Fatim Diop, chargée de campagne pour l’Afrique de l’ouest à Amnesty International.

« Depuis le début, ce procès est entaché d’irrégularités et d’allégations de torture qui n’ont pas donné lieu à une enquête. Les autorités n’ont pas réussi à prouver la moindre responsabilité pénale pour les actes de violence dont ces personnes sont accusées. La cour d’appel doit mettre un terme à cette mascarade. »

Amnesty International considère ces 13 militants comme des prisonniers d’opinion.

Ils ont été condamnés le 3 août à des peines allant de trois à 15 ans d’emprisonnement pour des faits de rébellion, de recours à la violence, d’agressions contre des policiers et des représentants de la justice et d’appartenance à une organisation non reconnue.

Ces accusations, forgées de toutes pièces, faisaient suite à une manifestation contre l’évacuation d’un bidonville qui a eu lieu dans la capitale, Nouakchott, en juillet.

Pourtant, aucun des 13 militants n’était présent à cette manifestation et l’organisation dont ils sont membres, l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, n’y a pas apporté son soutien.

L’un d’entre eux, Mohamed Jarroulah, se trouvait à 1 200 kilomètres de Nouakchott le jour de la manifestation. Malgré cela, il a été condamné à trois ans d’emprisonnement.

Un autre militant, Moussa Biram, affirme avoir été torturé en détention par des policiers le 16 août. Le tribunal a refusé d’examiner sa plainte, en prétendant ne pas avoir compétence pour la traiter, alors que la législation mauritanienne en matière de torture oblige les juridictions nationales à statuer immédiatement sur toutes les plaintes pour torture et à invalider tout élément obtenu sous la torture.

« La répression visant actuellement les militants antiesclavagistes et les défenseurs des droits humains en Mauritanie n’a aucune justification légale. Si la cour d’appel n’annule pas ces condamnations injustifiées, ce sera un affront aux centaines de milliers de personnes dans le monde qui militent pour l’abolition réelle de l’esclavage », a déclaré Kiné Fatim Diop.

Pour en savoir plus sur les récents travaux de recherche d’Amnesty International sur les militants antiesclavagistes en Mauritanie, voir les documents suivants : Déclaration conjointe : « Annuler les peines prononcées contre les 13 membres d’IRA-Mauritanie et cesser le harcèlement contre les défenseurs des droits humains en Mauritanie » Mauritanie. Il faut abandonner toutes les charges retenues contre des militants anti-esclavagistes et les libérer Mauritanie : Ma révolte contre le système esclavagiste De derrière les barreaux, mon espérance pour la liberté en Mauritanie

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/je-veux-m-in...

Partager