Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > L’opposition politique bâillonnée

L’opposition politique bâillonnée

19 octobre 2016

<https://www.amnesty.be/local/cache-...>

Les autorités doivent immédiatement abandonner les charges de sédition retenues contre le principal dirigeant de l’opposition et son adjoint, a déclaré Amnesty International avant leur audience au tribunal mercredi 19 octobre.

Hakainde Hichilema, président du Parti uni pour le développement national, et son vice-président, Geoffrey Bwalya Mwamba, doivent comparaître devant le tribunal correctionnel de Luanshya pour « pratiques séditieuses » et « réunion illicite ».

« Les charges retenues contre Hakainde Hichilema et Geoffrey Bwalya Mwamba ont pour but d’intimider et de réduire au silence les opposants politiques », a déclaré Deprose Muchena, directeur pour l’Afrique australe à Amnesty International.

« Les autorités doivent abandonner les charges retenues contre eux, et cesser d’utiliser la justice pour harceler les membres de l’opposition politique. »

Hakainde Hichilema et Geoffrey Bwalya Mwamba ont été arrêtés à Luanshya le 5 octobre 2016 alors qu’ils allaient rendre visite à des sympathisants en prison.

L’accusation de « pratiques séditieuses » a été formulée contre eux après qu’ils ont publiquement indiqué qu’ils ne reconnaissaient pas l’élection du président zambien, Edgar Lungu, comme légitime. Ils contestent les résultats de cette élection devant la justice.

Ce chef d’inculpation est passible d’une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement. La charge de « réunion illicite » est liée à la rencontre de ces deux dirigeants de l’opposition avec des sympathisants le 26 septembre dans le district de Chibombo, alors qu’ils étaient en route vers la province de Copperbelt.

Après avoir été inculpés, les deux hommes ont passé la nuit au poste de police de Luanshya.

Hakainde Hichilema a affirmé que la police ne leur a donné ni eau, ni nourriture, ni literie durant leur détention.

« Les autorités doivent diligenter de véritables enquêtes impartiales dans les meilleurs délais sur les mauvais traitements qui auraient été infligés à Hakainde Hichilema et Geoffrey Bwalya Mwamba lors de leur détention. Toute personne dont il s’avère qu’elle les a maltraités doit être amenée à répondre de ses actes. »

Complément d’information

La Commission électorale de Zambie a déclaré le Front patriotique vainqueur de l’élection qui s’est tenue le 11 août 2016. Le Parti uni pour le développement national de Hakainde Hichilema a cependant contesté les résultats de l’élection devant un tribunal constitutionnel.

Le pays est depuis lors en proie à des violences postélectorales.

Une commission d’enquête a depuis lors été chargée de se pencher sur ces violences.

Voir en ligne : https://www.amnesty.be/je-veux-m-in...

Partager