Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Force meurtrière contre des Palestiniens : un mépris flagrant pour la vie (...)

Force meurtrière contre des Palestiniens : un mépris flagrant pour la vie humaine

28 septembre 2016

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Près d’un an s’est écoulé depuis la vague de violence meurtrière qui s’est abattue sur Israël et les territoires palestiniens occupés (TPO), et les forces israéliennes continuent de faire preuve d’un mépris flagrant pour la vie humaine en utilisant de façon illégale et irresponsable la force meurtrière contre des Palestiniens, a déclaré Amnesty International le 28 septembre.

Dans un mémoire adressé aux autorités israéliennes le 14 septembre, l’organisation expose en détail 20 cas manifestes d’homicide illégal de Palestiniens commis par les forces israéliennes, et demande des éclaircissements sur les enquêtes. Dans au moins 15 de ces cas, des Palestiniens ont été délibérément abattus alors qu’ils ne représentaient aucun risque imminent pour la vie d’autrui, et il s’agit manifestement d’exécutions extrajudiciaires. Les autorités israéliennes n’ont pas répondu aux préoccupations exprimées par Amnesty International.

« Depuis le début de l’escalade de la violence en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, l’an dernier, on assiste à une multiplication des homicides commis par les forces israéliennes, favorisée par une culture de l’impunité, a déclaré Philip Luther, directeur des recherches et des actions de plaidoyer pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.

« Les cas d’homicide illégal présentés dans le mémoire démontrent un mépris flagrant pour la vie humaine, et posent de graves questions pour les autorités israéliennes. Les responsables présumés doivent être déférés à la justice pour que cesse cette vague d’homicides illégaux.  »

Depuis le 1er octobre 2015, Israël et la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, ont connu la plus grave vague de violences recensée depuis la fin de la deuxième intifada, en 2005. Plus de 225 Palestiniens et trois ressortissants étrangers ont été tués par les forces israéliennes l’an dernier, dans la plupart des cas lors d’une attaque présumée ou réelle ou d’une tentative d’attaque contre des soldats, des policiers ou des civils israéliens. Au moins 35 Israéliens et deux ressortissants étrangers ont été tués au cours de la même période par des Palestiniens.

Dans certains cas, la force meurtrière a peut-être été le seul moyen de protéger la vie de civils ou de membres des forces de sécurité. Toutefois, ainsi que le montrent les cas exposés dans le mémoire, dans de nombreux cas, les personnes tuées ne représentaient aucune menace imminente pour la vie d’autrui. Cela inclut notamment les cas où les forces israéliennes ont tiré sur des personnes qui étaient blessées ou qui s’enfuyaient ou sur des manifestants non armés.

Les homicides illégaux commis par les forces israéliennes ne sont pas une nouveauté. Dans un rapport datant de 2014 intitulé La gâchette facile. L’usage d’une force excessive par Israël dans les territoires palestiniens occupés , Amnesty International a exposé 19 cas d’homicides illégaux manifestes, dont trois cas pour lesquels il existe des éléments prouvant qu’il y a eu une intention de tuer, ce qui constitue un crime de guerre.

Alors que les violences se poursuivent en Israël et dans les TPO, les familles des personnes tuées de façon illégale l’an dernier n’ont toujours pas obtenu justice. Sur les 20 cas exposés dans le mémoire, une condamnation a été prononcée contre un soldat dans un seul cas. Dans de nombreux cas, alors qu’il existe des éléments prouvant qu’il s’agit d’une exécution extrajudiciaire, aucune enquête pénale n’a été ouverte.

Hadeel al Hashlamoun était âgée de 18 ans quand elle a été abattue par les forces israéliennes à Hébron, le 22 septembre 2015. Selon des témoins, elle tenait un couteau, mais était séparée des soldats par des clôtures métalliques. Un examen de ce cas mené par l’armée israélienne a abouti à la conclusion qu’elle aurait pu être arrêtée vivante. Amnesty International n’a connaissance d’aucune enquête pénale sur sa mort.

Le père d’Hadeel, Salah Hashlamoun, a déclaré : « Je passe par une phase de grave dépression et de désespoir. Cela fait maintenant un an que ma fille a été tuée, et le problème ce n’est pas seulement que nous n’avons pas obtenu la moindre miette de justice, mais qu’Israël continue de tuer nos jeunes, et que les homicides se multiplient.

« Je veux faire toute la lumière sur le cas de ma fille, de nouveau maintenant du fait de cet anniversaire ; pas seulement pour obtenir justice, mais aussi pour tenter de ralentir le rythme des meurtres qui augmente à nouveau. »

Le neveu de Salman Shaalan, Mahmoud Muhammad Ali Shaalan, avait 16 ans quand il a été tué, le 26 février 2016, au poste de contrôle de Beit El, près de Ramallah. Selon les témoignages recueillis par Amnesty International, il a été abattu à distance par des soldats israéliens après avoir été refoulé au point de contrôle. Une autopsie a confirmé cette version des faits, mais aucune enquête pénale n’a encore été ouverte sur cet homicide. La famille n’a pas été autorisée à avoir accès à la vidéo montrant l’homicide.

Salman Shaalan a déclaré : « Nous vivons un cauchemar. Tout indique qu’il a été tué sans aucune raison, alors personne ne dit rien, dans l’espoir que ça passera. Ils n’ont ouvert aucune enquête, et ne découvriront pas ce qui s’est passé.

« Nous sommes aujourd’hui confrontés à une réalité qui est qu’Israël peut faire tout ce qu’elle veut sans que personne ne l’oblige à rendre des comptes. J’espère que l’heure de la justice va bientôt sonner.  »

Les recherches menées par Amnesty International montrent que la justice militaire est systématiquement incapable de rendre justice pour les victimes palestiniennes d’homicides illégaux et pour leurs proches. L’attitude du département de la police chargé des enquêtes internes, en cas d’allégations d’homicides illégaux commis par la police israélienne, incite également à douter de sa capacité à mener des enquêtes impartiales et indépendantes.

« Les proches d’Israéliens tués par des Palestiniens peuvent compter sur un État qui va activement mener des poursuites contre les agresseurs, en outrepassant parfois même les limites de la légalité. Par contre, les Palestiniens n’ont personne pour protéger leurs droits », a déclaré Philip Luther.

« La seule façon d’empêcher d’autres homicides illégaux est de mettre fin à l’impunité dont bénéficient ceux qui ont commis de tels actes par le passé. Israël a l’obligation de diligenter des enquêtes exhaustives et impartiales sur tous les homicides commis par ses forces de sécurité, et de tenir les familles pleinement informées de l’avancée des investigations. Le gouvernement israélien doit réformer de toute urgence son système d’enquête afin de pouvoir remplir ses obligations et déférer à la justice les responsables présumés d’exécutions extrajudiciaires. »

Voir en ligne : http://www.amnesty.be/je-veux-m-inf...

Partager