Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > 20 000 signatures en faveur du maintien de l’État de droit

20 000 signatures en faveur du maintien de l’État de droit

29 août 2016

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Ce lundi 29 août, des représentants d’Amnesty International ont déposé à l’ambassade de Turquie les quelque 20 000 signatures belges d’une pétition réclamant le respect des droits humains dans le cadre de la répression post-Coup d’État ; 209 943 personnes l’ont signée à l’échelle internationale.

S’il est légitime que les autorités turques mènent des enquêtes et traduisent en justice les responsables de la tentative du Coup d’Etat du 15 juillet dernier, nous exhortons le Président Erdoğan à le faire dans le respect des droits fondamentaux et à garantir des procès équitables. Par ailleurs, l’état d’urgence ne peut en aucun cas justifier que l’on réprime des voix dissidentes ou que l’on arrête des journalistes ou des professeurs d’université parce qu’ils critiquent le gouvernement ; c’est tout simplement illégal.”, explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

Outre le respect des droits humains dans le cadre des enquêtes post-Coup d’État et la tenue de procès équitables, Amnesty International demande notamment au Président Erdoğan de veiller à ce que la torture soit totalement interdite, que les libertés soient garanties et que les travailleurs puissent contester leurs suspensions et licenciements au travers de procédures équitables et transparentes.

Après la tentative de coup d’État qui a fait plus de 260 morts et 2 000 blessés, la répression de la société civile de la part des autorités turques est parvenue à un niveau inquiétant, notamment après l’instauration de l’état d’urgence le 21 juillet et après l’annonce de la suspension de la Convention européenne des droits de l’homme. Depuis le 15 juillet, plus de 22 000 personnes ont été placées en détention, plus de 84 000 ont été suspendues ou licenciées de leurs fonctions, notamment parmi la police, le corps militaire ou la justice, et 131 médias et maisons d’édition ont été fermés. Par ailleurs, Amnesty a recueilli des informations concernant des cas de torture, viol et mauvais traitements dans des c

Voir en ligne : http://www.amnesty.be/je-veux-m-inf...

Partager