Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Une hausse alarmante du recours à la peine de mort

Une hausse alarmante du recours à la peine de mort

22 août 2016

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

L’exécution de 36 hommes en Irak dimanche 21 août signe une hausse alarmante du recours à la peine de mort par les autorités en réponse aux menaces à la sécurité auxquelles le pays doit faire face, a déclaré Amnesty International le 22 août 2016.

Ces hommes avaient été déclarés coupables de l’homicide de 1 700 recrues à la base militaire de Speicher, près de Trikrit en juin 2014, à l’issue d’un procès collectif entaché de graves irrégularités qui n’a duré que quelques heures et reposait sur des « aveux » arrachés sous la torture.

« Ces exécutions collectives marquent une hausse alarmante du recours à la peine de mort en Irak, a déclaré Lynn Maalouf, directrice adjointe des recherches au bureau régional pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International.

« À maintes reprises, Amnesty International a souligné que les familles des victimes ont le droit de connaître la vérité et réclament justice pour les atrocités commises par le groupe armé se désignant sous le nom d’État islamique (EI). Cependant, exécuter des hommes qui ont été contraints de passer aux " aveux " sous la torture, sans avoir véritablement la possibilité de se défendre, ce n’est pas rendre justice.

«  Compter sur les exécutions pour lutter contre les menaces à la sécurité n’est pas judicieux. Loin de remédier aux causes profondes des attaques meurtrières, cela ne fera que perpétuer le cycle de la violence. La peine capitale est le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit, et il n’est pas prouvé qu’elle a un effet plus dissuasif sur la criminalité qu’une peine de prison. »

Seuls des procès exhaustifs, équitables et transparents rendront justice aux victimes et à leurs familles.

Amnesty International avait évoqué l’affaire Speicher lors d’une rencontre à Bagdad le 4 août avec la Commission spéciale du bureau du président mise en place en 2015 pour accélérer les exécutions, et avait explicitement demandé que le président ne ratifie pas les condamnations à mort prononcées contre ces hommes.

Elle demande aux autorités irakiennes d’instaurer sans délai un moratoire officiel sur les exécutions en vue d’abolir la peine de mort. Dans l’intervalle, le Parlement doit rayer la peine de mort de la législation et respecter toutes les normes internationales qui s’appliquent à son usage.

L’un des hommes exécutés a « avoué » avoir tué 60 recrues à Speicher après avoir reçu des menaces de viol visant son épouse et ses sœurs. Il a également été frappé à coups de câbles et a reçu des décharges électriques.

Sur des images vidéos, on peut voir cet homme recevoir des coups de poing au visage lors de son interrogatoire et faire ses « aveux » à la télévision irakienne, un bleu visible sous l’œil droit. Alors qu’il s’est rétracté au tribunal, selon ses avocats, ses « aveux » ont été retenus pour justifier sa condamnation. Le tribunal n’a pas ordonné l’ouverture d’une enquête sur les allégations de torture formulées par cet homme et d’autres accusés.

Complément d’information

Quarante personnes ont été déclarées coupables du massacre de Speicher en février 2016. Le 31 juillet, le verdict a été confirmé pour 36 des accusés et le président irakien a ratifié les exécutions le 14 août.

Les autorités irakiennes sont soumises à une pression politique et publique croissante pour accélérer les exécutions, notamment depuis l’attaque meurtrière à Karrada, quartier commerçant de Bagdad, le 2 juillet, qui a fait près de 300 victimes.

Au lendemain de cette attaque, le ministère de la Justice a annoncé que sept exécutions ont eu lieu les 4 et 5 juillet. Il a déclaré que près de 3 000 prisonniers se trouvent dans le quartier des condamnés à mort.

En outre, le Code pénal irakien a été modifié le 12 juillet, et il est désormais plus difficile pour les condamnés à mort de solliciter un nouveau procès.

Depuis début 2016 en Irak, au moins 123 personnes ont été condamnées à mort et 81 au moins ont été exécutées.

Voir en ligne : http://www.amnesty.be/je-veux-m-inf...

Partager