Categories

Accueil > Actualité > Mauritanie. Il faut mettre fin à la détention arbitraire des militants (...)

Mauritanie. Il faut mettre fin à la détention arbitraire des militants anti-esclavagistes

4 août 2016
El hadj Abdoulaye Seck

Nous, organisations de la société civile et de défense des droits humains, sommes réunies ce mercredi 03 août à la place de l’Obélisque à Dakar pour demander aux autorités mauritaniennes la libération immédiate et sans condition des militants anti- esclavagistes en détention depuis le 30 juin 2016.

Treize militants anti-esclavagistes membres de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA Mauritanie), ont été arrêtés entre le 30 juin et le 9 juillet, après une manifestation organisée par les habitants d’un bidonville de Nouakchott qui étaient menacés d’être expulsés car la ville se préparait à accueillir un sommet de la Ligue arabe. IRA Mauritanie est une ONG de défense des droits humains qui lutte contre l’esclavage en Mauritanie.

Aucun de ces 13 militants, n’a organisé ni participé à la manifestation, pourtant ils sont jugés pour flagrant délit. Depuis leur inculpation, ils n’ont pu entrer en contact avec leurs avocats et leurs familles qu’une seule fois.

Les autorités mauritaniennes ont pour habitude de restreindre indûment les droits à la liberté d’expression et d’association des défenseurs des droits humains, des militants et des organisations qui luttent contre l’esclavage.

Nous sommes pacifiquement réunis aujourd’hui pour demander que cesse la répression systématique des défenseurs des droits humains en Mauritanie, en particulier les militants anti-esclavagistes, et apporter tout notre soutien aux 13 militants de l’IRA qui ont refusé aujourd’hui de comparaitre devant le tribunal de Nouakchott où ils devaient être jugés pour rébellion, usage de la violence, attaque contre les pouvoirs publics, attroupement armé et appartenance à une organisation non reconnue. Ce refus de comparaître est motivé par le soutien à d’autres militants blessés et arrêtés ce matin alors qu’ils étaient en rassemblement pacifique devant le tribunal de Nouakchott où devait se déroulait le procès des 13.

A ces blessés nous exprimons toute notre solidarité. Notre soutien va également à Issa Ould Alioune, coordonnateur d’IRA Nouakchott, en détention au secret depuis son arrestation le 1er aout 2016.

Tous ces militants sont accusés à tort et leur incarcération a pour unique but d’entraver leur travail légitime. Régulièrement pris pour cibles en raison de leurs opinions, ils doivent être libérés immédiatement et sans condition.

Nous considérons qu’ils sont des prisonniers d’opinion et leur arrestation n’a pour objectif que d’intimider et de réduire au silence les défenseurs des droits humains.

Nous, organisations de la société civile et de défense des droits humains, exhortons les autorités mauritaniennes à mettre fin à la répression croissante contre les militants anti-esclavagistes et à veiller à ce que les défenseurs des droit humains puissent faire leur travail dans un climat favorable et sûr. La Mauritanie a récemment adopté une loi qui définit l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. Plutôt que de réprimer les militants anti-esclavagistes, les autorités devraient les encourager dans leur mission et dans l’exercice de leurs droits.

Nous, organisations de la société civile du Sénégal demandons aux autorités mauritaniennes de :
-  respecter les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique
-  libérer tous ceux qui sont arrêtés et encore en détention pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique
-  arrêter d’utiliser les arrestations arbitraires et la détention au secret pour empêcher les citoyens d’exercer leurs droits humains.

Partager