Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Discriminations sur le genre : des décennies d’impunité

Discriminations sur le genre : des décennies d’impunité

4 juillet 2016

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Le nouveau gouvernement du Myanmar doit mettre à profit l’examen du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes cette semaine pour dire sa détermination à améliorer la protection des droits des femmes, a déclaré Amnesty International.

Dans le cadre de cet examen, effectué à Genève du 4 au 7 juillet, le Comité se penchera pour la première fois depuis 2008 sur le bilan du Myanmar en termes de respect et de promotion des droits des femmes.

« Le nouveau gouvernement du Myanmar se présente à cet examen avec une longue liste de préoccupations relatives aux droits humains. Depuis des décennies, personne n’a eu à rendre de comptes pour les violations dont sont victimes les femmes, en butte aux discriminations fondées sur le genre et l’origine ethnique », a déclaré Laura Haigh, chercheuse sur le Myanmar pour Amnesty International.

Des organisations non gouvernementales (ONG) nationales et internationales, dont Amnesty International, ont déjà présenté des informations au Comité, mettant en lumière des domaines dans lesquels le Myanmar n’honore pas ses obligations au titre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.

Il s’agit notamment des arrestations et détentions politiques et des menaces visant les défenseurs des droits des femmes, des lois discriminatoires en fonction de l’origine ethnique et de la religion, de la situation des femmes et des jeunes filles rohingyas, et de l’échec des autorités à accorder justice, vérité et réparations aux victimes de violations des droits humains – passées et présentes.

«  L’examen du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes est l’occasion pour le nouveau gouvernement d’affirmer son engagement envers les droits des femmes et de faire savoir à la communauté internationale qu’il est prêt à prendre un nouveau cap s’agissant des droits fondamentaux  », a déclaré Laura Haigh.

Voir en ligne : http://www.amnesty.be/je-veux-m-inf...

Partager