Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > L’incarcération prolongée de 17 militants est une injustice criante

L’incarcération prolongée de 17 militants est une injustice criante

17 juin 2016

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Les autorités angolaises doivent libérer immédiatement et sans condition 17 militants arrêtés sur la base d’accusations forgées de toutes pièces, a déclaré Amnesty International vendredi 17 juin 2016, alors que des manifestations sont organisées dans différentes villes du monde pour rappeler qu’ils sont incarcérés depuis un an.

Ces 17 militants ont été inculpés d’« actes préparatoires de rébellion » et de « complot criminel ». Ils ont été condamnés à des peines allant de deux à huit ans et demi de prison, après avoir été arrêtés pour avoir participé à un débat sur les préoccupations liées à la politique et à la gouvernance du pays.

« Un an après, il est inacceptable que ces 17 personnes soient toujours en prison, alors qu’elles n’auraient même pas dû être arrêtées, a déclaré Deprose Muchena, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique australe.

«  En maintenant ces jeunes militants innocents derrière les barreaux depuis un an, les autorités angolaises piétinent leurs droits. Elles doivent annuler leurs condamnations et les libérer immédiatement et sans condition. »

Amnesty International les considère comme des prisonniers d’opinion.

Des manifestations sont prévues à Lisbonne, Paris, Bruxelles et Johannesbourg, ainsi que dans six villes en Angola.

Amnesty International exhorte les autorités à respecter, protéger, promouvoir et réaliser le droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique des manifestants et à garantir que toutes les manifestations se déroulent conformément aux obligations et aux engagements pris par le pays au titre du droit international relatif aux droits humains.

« À l’occasion de l’anniversaire de leur arrestation, des citoyens dans le monde entier vont se rassembler pour exiger la libération de ces 17 militants, a déclaré Deprose Muchena.

« L’Angola va se retrouver sous les projecteurs. Les autorités ne doivent plus perdre de temps et doivent faire ce qui est juste : annuler leurs déclarations de culpabilité et leurs condamnations afin de réparer cette erreur judiciaire flagrante. »

Complément d’information

Quinze militants ont été arrêtés entre le 20 et le 24 juin après avoir participé à une réunion à Luanda pour débattre de questions de politique et de gouvernance.

Deux autres avaient été inculpés en même temps, mais n’avaient pas été placés en détention.

Les 17 ont été déclarés coupables le 28 mars et condamnés à des peines allant de deux à huit ans et demi de prison, à l’issue d’un procès manifestement inique non conforme aux normes d’équité.

Des manifestations et des actions sont organisées en Angola, en Belgique, en France, au Portugal et en Afrique du Sud entre le 18 et le 24 juin.

Parmi ces événements, citons :

18 juin : Bruxelles - Parc du Cinquantenaire - 23 heures

19 juin : Lobito - au rond-point, en haut de la décharge - 18 heures

Luanda - Terrain de football de l’église de São Domingos - 15 heures

20 juin :

Luanda – Sambizanga, rond-point de Boavista - 12 heures

Luanda - Cacuaco – Paragem da Vila – 12 heures

Luanda - Viana – Alimenta Angola da Estalagem – 12 heures

Luanda - Belas – rond-point de Camana – 12 heures

Lisbonne - Rossio – 19 heures

21 juin :

Paris - Parvis de l’église Saint-Bernard, 18éme – 21 heures

24 juin :

Johannesbourg - Consulat général d’Angola, 15 Zulberg Close, Bruma – 10 heures

Voir en ligne : http://www.amnesty.be/je-veux-m-inf...

Partager