Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Amnesty demande à l’Union belge d’agir contre l’exploitation des travailleurs (...)

Amnesty demande à l’Union belge d’agir contre l’exploitation des travailleurs migrants au Qatar

9 mai 2016

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Ce lundi 9 mai, des représentants d’Amnesty Belgique ont rencontré le Président de l’Union royale belge des sociétés de football, François De Keersmaecker, qui s’est montré très ouvert aux demandes de l’organisation quant aux préparatifs de la Coupe du monde 2022. Amnesty International a rappelé que la FIFA a le devoir de mettre tout en oeuvre pour que cesse l’exploitation de milliers de travailleurs migrants et que, pour ce faire, une pression doit être exercée sur les autorités qataries afin que la législation soit modifiée. Suite à cette rencontre, l’organisation de défense des droits humains espère voir ses points de préoccupation abordés lors des prochaines rencontres internationales de la FIFA.

Suite au rapport que nous avons sorti il y a un peu plus d’un mois, la FIFA a réagi en annonçant la création d’un nouvel organe chargé de surveiller les conditions de travail dans les stades. C’est un premier pas encourageant, mais il reste du chemin à parcourir “, explique Philippe Hensmans, directeur de la section blege francophone d’Amnesty International. Nous nous réjouissons de l’attention portée par l’URBSFA à nos demandes. Nous espérons qu’elle usera maintenant de toute son influence auprès des instances de la FIFA pour que cesse l’exploitation des travailleurs migrants “.

Le 31 mars dernier, Amnesty International a mis en exergue dans un rapport l’indifférence de la FIFA face aux abus dont sont victimes les travailleurs migrants, notamment l’installation dans des logements sordides surpeuplés, d’importants retards de paiement, la confiscation de leurs passeports, etc. Les ouvriers sont par ailleurs victimes de menaces par le biais du système de parrainage appelé « kafala », en vertu duquel les travailleurs migrants ne peuvent changer de travail ou de pays que si leur employeur (ou « parrain ») les y autorise.

Voir en ligne : http://www.amnesty.be/je-veux-m-inf...

Partager