Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Leila et Mahamadi : cinq jours dédiés aux héroïnes du Burkina Faso

Leila et Mahamadi : cinq jours dédiés aux héroïnes du Burkina Faso

31 mars 2016
Zoe Spriet

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Leila Alaoui est une photographe talentueuse, riche d’une curiosité enthousiaste. Elle est déterminée dans sa passion à aider les femmes, les jeunes filles et les personnes marginalisées à raconter leurs histoires et à défendre leurs droits. Le 11 janvier 2016, Leila arrive à Ouagadougou pour photographier les héroïnes du Burkina Faso dans le cadre de la campagne Mon corps, mes droits d’Amnesty International. Elle prépare une exposition photo appelée Sheroes, sur les héroïnes du quotidien au Burkina Faso. Ces héroïnes sont des jeunes filles qui ont enduré et surmonté la violence, le viol, le mariage précoce et forcé, le rejet de l’adversité. Elles sont aussi celles qui se battent aux côtés de ces jeunes victimes et de toutes les autres pour les défendre et les inspirer.

Mahamadi Ouédraogo doit accompagner Leila tout au long de son voyage de neuf jours, en tant que chauffeur et guide. Mahamadi est un homme d’expérience et de mérite, qui travaille avec Amnesty depuis déjà sept ans. Ils ont passé cinq jours ensemble à Ouagadougou et dans d’autres régions du pays à rencontrer des jeunes filles et des femmes extraordinaires. Leila prenait toujours le temps de parler avec elles pour pouvoir prendre des photos qui reflétaient vraiment la personnalité et le parcours de chacune. Le vendredi 15 janvier, de retour à Ouagadougou, Leila et Mahamadi ont été victimes de coups de feu lors d’une attaque menée par Al Qaeda. Leur disparition est dévastatrice, mais nous préférons nous souvenir de leur passion et de leur dévouement, sans lesquels nous n’aurions jamais eu la chance de pouvoir découvrir les visages rayonnants de ces sept héroïnes.

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

© Augustin Le Gall / Haytham pictures

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

© Private

Voici les portraits des héroïnes que Leila et Mahamadi ont eu la chance de rencontrer.

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

MBMR - Awa Ouédraogo, Burkina Faso

Awa Ouédraogo est une marchande de fruits à Ouagadougou. Elle a vécu pendant plusieurs années au refuge de Pan Bila qui accueillent les survivantes de mariage forcé, de viol et de grossesse non voulue à Ouagadougou.

© Leila Alaoui for Amnesty International

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

MBMR - Cendrine Nama, Burkina Faso

Cendrine Nama est une femme d’affaire de 28 ans, chanteuse et activiste pour les droits des femmes et des enfants. Elle a créé une association « Enfants en Périls » qui vient en aide aux enfants de la rue en leur donnant accès à un logement, de la nourriture, des services de santé et qui les aide à retourner à l’école et à trouver une famille d’accueil.

© Leila Alaoui for Amnesty International

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

MBMR – Angèle Gondombo, Burkina Faso

Angèle Gondombo a été photographiée le 12 janvier 2016 par Leila Alaoui dans le cadre de la campagne Mon corps, mes droits.

© Leila Alaoui for Amnesty International

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

MBMR – Catherine Ouedraogo, Burkina Faso

Catherine Ouedraogo s’occupe du refuge Foceb (Fondation Cardinale Emile Biyenda) depuis 2005. Ce refuge accueille les survivantes de viol et de mariage forcé et précoce, des jeunes filles qui ont entre 12 et 18 ans.

© Leila Alaoui for Amnesty International

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

MBMR – Hortence Lougué, militante des droits humains, Burkina Faso

Hortence Lougué a fondé l’Association d’appui et d’éveil PUGSADA, qui travaille sur les questions de violences basées sur le genre, l’éducation et les droits humains. L’association vient en aide aux jeunes filles et femmes qui ont été mariées de force, parfois à de très jeunes âges et avec les victimes de mutilation génitale féminine.

© Leila Alaoui for Amnesty International

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Malika « La Slammeuse » Ouattara, Artiste Burkinabè de slam

Photographiée à Ouagadougou le 13 janvier 2016 dans le cadre de la campagne Mon corps, mes droits.

© Leila Alaoui for Amnesty International

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Martine Kabore, Burkina Faso

Martine Kabore travaille au refuge Pan Bila, à Ouagadougou au Burkina Faso, qui accueille les jeunes filles qui ont fui les mariages forcés, les grossesses précoces et à la violence sexuelle.

© Leila Alaoui for Amnesty International

Voir en ligne : http://www.amnesty.be/je-veux-m-inf...

Partager