Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Les autorités malaisiennes limitent l’accès à l’information

Les autorités malaisiennes limitent l’accès à l’information

7 mars 2016

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Amnesty International est préoccupée par la décision prise par les autorités jeudi 25 février de bloquer l’accès au portail d’information en ligne The Malaysia Insider. Cette décision est la dernière manifestation en date d’une campagne de harcèlement et d’intimidation à l’encontre des médias et des journalistes qui critiquent le gouvernement. Elle doit être annulée immédiatement.

Jeudi 25 février, la Commission malaisienne des communications et du multimédia (MCMC) a bloqué l’accès au portail d’information en ligne The Malaysian Insider en invoquant des raisons de « sécurité nationale », au titre de l’article 233 de la Loi de 1998 sur les communications et le multimédia (CMA).

Le ministre de la Communication et des Multimédias, Salleh Said Keruak, a déclaré le 26 février que le site avait été bloqué parce qu’il avait « semé la confusion auprès du public » en publiant des informations sur une enquête liée au Premier ministre Najib Razak tout en citant une source anonyme au sein de la Commission anticorruption malaisienne. L’inspecteur général de la police a par la suite annoncé sur Twitter que le rédacteur en chef de The Malaysian Insider ainsi que plusieurs autres journalistes seraient convoqués pour être interrogés.

Cependant, au titre de l’article 233 de la Loi de 1998 sur les communications et le multimédia, qui établit l’infraction d’« usage abusif des installations et des services réseau », la Commission malaisienne des communications et du multimédia ne peut pas bloquer un site sans respecter toutes les garanties d’une procédure régulière. L’infraction doit être prouvée devant un tribunal et la défense doit pouvoir répondre aux accusations avant qu’une décision ne soit prise et que des sanctions ne soient imposées.

Amnesty International pense que le blocage du site The Malaysian Insider est arbitraire et qu’il constitue une atteinte grave à la liberté d’expression en Malaisie. Les autorités doivent annuler immédiatement cette décision et veiller à ce que The Malaysia Insider puisse à nouveau diffuser librement des informations en ligne. Si les autorités ont des préoccupations raisonnables à propos du contenu du site, ces préoccupations doivent être traitées dans le respect des dispositions de la loi et des normes internationales. Les mesures prises doivent être nécessaires et proportionnelles à un objectif légitime (sécurité nationale, ordre public, santé ou moralité publiques, ou droits et libertés d’autrui). Les autorités ne doivent pas utiliser de telles restrictions à chaque fois qu’elles veulent réduire au silence une voix critique.

Les autorités malaisiennes doivent également cesser de harceler et d’intimider des journalistes et des rédacteurs en chef par le biais d’un recours abusif à la justice et aux enquêtes pénales pour des affaires concernant uniquement l’exercice pacifique du droit à la liberté d’expression.

Les médias et les journalistes jouent un rôle-clé dans la réalisation effective de la liberté d’expression et de l’état de droit. Des restrictions injustifiées peuvent avoir un impact négatif sur l’exercice de ce droit par toutes les personnes, y compris le droit de chercher, de recevoir et de diffuser des informations et des idées.

Au cours des deux dernières années, le gouvernement a lancé une vague de répression sans précédent contre la liberté d’expression et de réunion pacifique. En 2015, des journalistes ont été arrêtés et ont fait l’objet d’une enquête au titre de la Loi sur les communications et le multimédia parce qu’ils avaient publié du contenu critique à l’égard du gouvernement, et la Loi relative à la presse et aux publications a été utilisée pour imposer des restrictions aux médias et aux maisons d’édition ou suspendre leurs activités.

Amnesty International demande aux autorités malaisiennes de réexaminer et de modifier tous les autres textes de loi qui restreignent injustement l’exercice du droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique, afin de les mettre strictement en conformité avec le droit international relatif aux droits humains et aux normes en la matière.

Voir en ligne : http://www.amnesty.be/je-veux-m-inf...

Partager