Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Le concours photo Droits dans les yeux a ses gagnants

Le concours photo Droits dans les yeux a ses gagnants

15 février 2016

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Les gagnants du concours photo Droits dans les yeux organisé par la section belge francophone d’Amnesty International à destination des jeunes de 10 à 23 ans sont connus. Concourant dans 3 catégories différentes (10-13 ans ; 13-18 ans et 18-23 ans) et pour le Prix du public via un vote organisé sur Facebook, plus de 1000 jeunes ont proposé un total de 400 clichés, seuls ou avec leur classe, de septembre à décembre 2015. Un travail remarquable de créativité et d’originalité qui présente les perceptions de la jeunesse quant aux droits humains aujourd’hui dans le monde.

Le concours Droits dans les yeux est une opportunité qu’Amnesty International a voulu offrir aux jeunes pour exprimer leur vision actuelle des droits humains, explique Philippe Hensmans, directeur d’Amnesty International Belgique Francophone. Alors que les droits humains sont aujourd’hui attaqués partout dans le monde, la qualité du travail présenté par les photographes en herbe et les réflexions qui en sont à l’origine prouvent que nos jeunes sont préoccupés par la question des droits humains et veulent en dénoncer les violations quotidiennes.”

Un jury de prestige présidé par Georges Vercheval, fondateur du Musée de la photographie de Charleroi, et composé de Thomas Gunzig (écrivain et chroniqueur), Françoise Wallemacq (journaliste RTBF), Jacques Duchateau (photographe), Philippe Hensmans (directeur d’Amnesty International Belgique francophone), Colin Gotovitch (chargé de projets événementiels à Amnesty International) et Gaël Turine (photographe) ont récompensé le travail d’Alexia FACON de l’école Don Bosco à Woluwé-Saint-Pierre dans la catégorie 13-18 ans et de Sophie BAYET, de l’école Supérieure des Arts de Saint-Luc dans la catégorie 18-23 ans.

““La photographie est un art susceptible d’être mis au service d’une cause et c’est avec beaucoup de sensibilité et de rigueur que les jeunes s’y sont attachés, commente Georges Vercheval. Les images sélectionnées plongent le spectateur au coeur de la problématique. Elles témoignent d’une belle maîtrise de la technique et, surtout, d’une vision critique.”

Alexia FACON, 14 ans, illustre le droit au respect des convictions religieuses. Son cliché intitulé “Tous unis quelles que soient nos convictions” présente une ronde de mains marquées des emblèmes des grands courants philosophiques et religieux autour de l’inscription “Tous unis”. Efficace, il s’inscrit au coeur du combat d’Amnesty International qui milite pour que chacun puisse exprimer librement ses convictions dans le respect de celles d’autrui.

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Le cliché de Sophie BAYET, 23 ans, fait écho à plusieurs campagnes qu’Amnesty International a déjà menées pour dénoncer les violences faites aux femmes. Présentant trois femmes au visages tuméfiés et aux corps portant des traces de coups, elles figurent comme les coupables de l’agression dont elles sont en réalité victimes.

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Dans la catégorie 10-13 ans, le jury est tombé sous le charme des photographies remises par la classe de 6e primaire de “l’École en couleurs”, située à Forest. Ces 20 enfants présentent chacun leur “jumeau", souvent né à des milliers de kilomètres d’ici, dans un pays où leurs droits fondamentaux sont bafoués. L’un est enfant-soldat en Irak, l’autre est mariée de force en Inde ou bien se prostitue au Brésil ou travaille dans une usine d’allumettes au Népal.

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Plébiscitées par de nombreux internautes via un vote ayant totalisé 5400 voix sur la page Facebook “Jeunes” d’Amnesty , deux photographies ayant remporté le Prix du public compléteront l’exposition Droits dans les yeux. Il s’agit de “Le Père Noël de Liège”, par Valentine NULENS, 18 ans, de l’Institut supérieur des arts de Saint-Luc à Liège, illustrant la problématique de l’accès au logement et de “Stop the violence”, par Joakeem CARMANS, 21 ans, de l’Institut Félicien Rops à Namur, proposant un certain regard sur la violence.

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

<http://www.amnesty.be/local/cache-v...>

Tous les gagnants verront leurs clichés intégrer l’exposition Droits dans les yeux aux côtés de cinquante oeuvres réalisées par les plus grands photoreporters belges que sont : Colin Delfosse, Johanna De Tessières, Tim Dirven, Thierry Falise, Cédric Gerbehaye, Roger Job, Alain Kazinierakis, Pascal Mannaerts, Christophe Smets, Bruno Stevens, Didier Telemans, John Vink et Teun Voeten. L’exposition circulera à terme dans quelque 120 lieux d’exposition (musées, centres culturels, administrations, écoles, universités, gares) à Bruxelles et en Wallonie de février 2016 à décembre 2017.

La photographie est un excellent outil au service des droits humains, sans doute le plus interpellant, résume Philippe Hensmans, car il met en image ce que l’on se refuse parfois de voir ou de nommer. Chaque cliché témoigne de la situation des droits humains dans le monde : souvent bafoués, mais aussi défendus par de nombreux et courageux individus. Nous sommes heureux de l’engouement qu’a suscité le concours auprès des jeunes et il ne fait pas de doute que l’exposition a déjà atteint l’un de ses objectifs : toucher un public qui n’a pas toujours son mot à dire alors qu’il a beaucoup à exprimer”, conclut le directeur d’Amnesty International Belgique francophone.

Pour voir l’ensemble des photographies primées

Pour voir l’ensemble des photographies des participants

Pour voir les prochains lieux et dates de l’exposition Droits dans les yeux

Pour visiter l’exposition avec un classe ou un groupe de jeunes (l’inscription à une visite est obligatoire !)

Pour réserver et accueillir l’exposition Droits dans les yeux : contactez droitsdanslesyeux@amnesty.be

Voir en ligne : http://www.amnesty.be/je-veux-m-inf...

Partager