Categories

Accueil > Nos Campagnes > Droits humains et Entreprise > Le développement local doit être soutenu par l’exploitation minière

Le développement local doit être soutenu par l’exploitation minière

20 janvier 2016
El hadj Abdoulaye Seck

Ce programme de formation des élus locaux des régions de Tambacounda et Kédougou a constitué une opportunité pour les différents représentants de l’administration, décentralisée et déconcentrée, des organisations de la société civile, des médias et des entreprises extractives de soulever les préoccupations et d’entamer le dialogue en vue de trouver les solutions idoines aux préoccupations des populations.

Amnesty International Sénégal a mis en œuvre dans le cadre du partenariat avec l’Ambassade des Pays-Bas, un ensemble d’activités dans les régions de Tambacounda et Kédougou pour assurer la formation des élus locaux des différents départements sur les droits des communautés affectées par l’exploitation minière au Sénégal.

Les objectifs de ce programme étaient d’une part de former au code minier et aux normes et standards internationaux pertinents les administrations locales et les élus locaux et d’autre part de promouvoir ces textes pertinents auprès des communautés.

Aussi, trois séminaires de formation des élus locaux ont été organisés à Kédougou, à Saraya et à Tambacounda pour les élus locaux des différents départements concernés par l’exploitation minière.

Deux visites de terrain ont également eu lieu dans les principaux sites d’orpaillage (exploitation traditionnelle de l’or) à Kharakhéna (département de Saraya) et à Bantaco (département de Kédougou).

Les représentants de la société civile qui s’activent au quotidien avec les communautés pour le respect de leurs droits ainsi que les représentants des sociétés minières, en phase d’exploitation notamment, ont pris part aux différentes sessions pour énoncer leurs préoccupations et les initiatives entreprises en ce domaine.

L’intérêt des élus locaux, aussi bien des conseilleurs municipaux que des élus départementaux, s’est d’abord manifesté par une forte présence. Plus d’une centaine d’élus locaux des différents départements ont reçu les connaissances de base sur la législation minière et les droits humains.

Cet intérêt s’est ensuite manifesté par la présence des autorités aux différentes cérémonies d’ouverture. A Kédougou et à Saraya, le président du Conseil régional et le maire ont tenu à accueillir les participants et à magnifier cet initiative très importante pour le développement de la région et des collectivités qui la composent. Ils ont relevé à juste titre le fait que les élus locaux, en raison des enjeux de l’exploitation minière et de leur responsabilité dans le développement local, doivent nécessairement être outillés sur cette question.

A Tambacounda, le gouverneur de la région en charge des affaires administratives a tenu à présider la cérémonie officielle et à prendre part aux différents panels organisés lors de la première journée. Il a réaffirmé dans ses propos le lien entre la décentralisation et exploitation minière.

Ainsi, il dira que la décentralisation des politiques publiques doit être accompagnée de la maîtrise de la localité et de la contribution des élus à la réalisation des objectifs de développement. En plus de l’offre d’emploi qui doit être adapté aux profils, les investissements doivent être orientés vers la lutte contre la pauvreté et l’érection d’infrastructures de base pour qu’en fin de compte les ressources locales puissent bénéficier aux populations locales, c’est une question de justice sociale.

Partager