Categories

Accueil > BLOG > "L’usage de la torture ne sert à rien et fait encourir à nos agents des (...)

"L’usage de la torture ne sert à rien et fait encourir à nos agents des risques énormes"

27 octobre 2015
Mouhamadou Moustapha Diagne

Cette pratique dee la torture est révolue dans les brigades de gendarmerie que je dirige. Elle ne sert plus à rien et fait encourir à nos agents des risques énormes ."

Billet de Mouhamadou Moustapha Diagne, coordonnateur chargé de la croissance, de la formation et du militantisme à AI Sénégal

Amnesty International Sénégal a implanté ses structures de base communément appelées groupes locaux dans les départements de Dagana (région de Saint-Louis) et Linguère (région de Louga). Une autre structure a, aussi, été installée dans la commune de Dahra Djlloff située à 40 km de linguère.

Les populations ont accueilli avec enthousiasme la présence d’Amnesty International dans leur localité.

" En s’implantant à Dagana, Amnesty International nous offre un cadre légal et légitime pour connaitre nos droits et mieux les défendre. "

a déclaré Mme Koura professeur d’ Histoire et de Géographie et vice présidente du groupe Amnesty International Dagana.

" J’ai une fois été injustement arrêté en Côte d’ivoire. J’ai payé de l’argent pour être libéré. Depuis mon retour à Dahra, j’ai voulu mettre en place une association qui lutte contre l’injustice. Amnesty International m’a ouvert ses portes et m’a permis aujourd’hui de réaliser ce rêve ." a déclaré M. Aliou Samb, président nouvellement élu du groupe Amnesty Dahra Djolof.

J’ai profité de mon séjour pour rendre visite aux autorités (préfet, sous-préfet, commandants de brigade, président tribunal, maire etc.). Ces différentes rencontres ont été pour moi l’occasion de rappeler le mandat d’Amnesty International et particulièrement des groupes locaux. Les autorités ont, à l’unanimité, salué cette initiative et se disent prêts à travailler en étroite collaboration avec les représentants d’Amnesty International.

Abordant la pratique de la torture au Sénégal, l’adjudant chef Abdourahmane Diallo de la gendarmerie de Dagana s’est voulu claire. " Cette pratique est révolue dans les brigades que je dirige. Elle ne sert plus à rien et fait encourir à nos agents des risques énormes ."

Le président du tribunal départemental Bernard Diouma Faye a, quant à lui invité, Amnesty International à mener des activités de sensibilisation des populations sur les questions d’état-civil qui, selon lui, constitue un véritable bombe à retardement en milieu scolaire.

L’installation des groupes Amnesty International a été précédé par le renouvellement le samedi 17 octobre 2015 au lycée André Peytavin, du bureau du groupe Amnesty International de Saint Louis. Cheikh Tidiane Camara président sortant a été remplacé par Gaoussou Condé.

La nouvelle équipe compte installer très prochainement des clubs Amnesty International dans les lycées publics et privés de la ville. La sensibilisation des populations sur leurs droits reste une de leurs priorités.

Conformément à sa stratégie de croissance, nous avons installé des structures de base dans tous les départements du Sénégal. La formation de nos membres reste le principal défi auquel nous devrons faire face dans les toutes prochaines années.

Partager