Categories

Accueil > Education aux DH > Programme en Casamance > OUSSOUYE : Les élèves sont acteurs et victimes du conflit en Casamance

OUSSOUYE : Les élèves sont acteurs et victimes du conflit en Casamance

19 avril 2015
Mouhamadou Moustapha Diagne

Après les rapports "Terreur en Casamance" et "Paroles de femmes en Casamance", Amnesty International a entrepris un programme de promotion d’une culture de la paix fondée sur les droits humains. Les élèves des collèges de Oussouye ont été formés aux techniques de résolution pacifique des conflits

Le conflit armé en Casamance, sud du Sénégal a enregistré de nombreuses pertes en vies humaines et désorganisé pendant un certain le système scolaire. Tout au long du conflit, les élèves n’ont pas été épargnés et il était important que ces germes de conflits ne perdurent dans les esprits

Amnesty International Sénégal, en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer, a ouvert ce matin à Oussouye, dans la région de Ziguinchor, un séminaire de formation à la résolution pacifique des conflits pour la promotion d’une culture de la paix en Casamance.

Cette formation de deux jours (18 et 19 Avril 2015) réunit des membres des gouvernements scolaires et les chefs d’établissements du département.

La cérémonie d’ouverture présidée par l’inspecteur de l’éducation et de la formation Jean Lamane Diouf a été l’occasion pour Monsieur Seydi Gassama Directeur d’Amnesty International de revenir sur le choix porté sur les membres du gouvernement scolaire.

"Les élèves sont à la fois acteurs et victimes de cette guerre car nombreux sont ceux parmi eux qui ont rejoint le maquis, désertant ainsi les établissements scolaires"

Par ailleurs les enquêtes ont montré qu’au tout début du conflit, ce sont surtout les élèves des collèges et lycées qui ont rejoint en masse les rangs du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), et dans une moindre mesure les élèves des dernières classes de l’élémentaire.

Tout cela dénote de leur immaturité et de leur manque de confiance en soi et ceci dans une absence de compétences relatives à la résolution des conflits.

Selon Monsieur Jean Lamane Diouf, cette formation permettra aux acteurs de l’école d’être outillés pour faire face aux besoins de résolution pacifique des conflits en milieu scolaire.

Ce programme de formation se poursuivra dans d’autres départements de la Casamance notamment à Sédhiou et Bignona.

Partager