Categories

Accueil > Actualité > Communiqués de presse internationaux > Aïdjan Moussaïev : « Mon fils n’est pas un espion »

Aïdjan Moussaïev : « Mon fils n’est pas un espion »

3 décembre 2014
Amnesty International

Headline Title : Aïdjan Moussaïev : « Mon fils n’est pas un espion » 05 décembre 2014

Quelqu’un a décidé que mon fils serait dépossédé de neuf précieuses années de vie. Il est de mon devoir de père de le défendre, alors qu’il est accusé à tort, et de me battre pour la justice.

Ces neuf dernières années, j’ai écrit d’innombrables courriers aux autorités. Compte tenu des risques, je ne laisse personne travailler sur cette affaire et j’écris moi-même aux autorités. Je suis un vieil homme et je crains pour la sécurité de mes autres enfants et de mes petits-enfants. J’ai passé un an à essayer d’obtenir un rendez-vous avec le procureur général, mais il a toujours refusé de me voir.

Nous fondons beaucoup d’espoir sur Écrire pour les droits pour attirer enfin l’attention sur le cas d’ Erkin . Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour obtenir la justice.

Manœuvres politiques

En 2006, Erkin a été arrêté juste avant de prendre l’avion. Il allait au Kirghizistan assister à une conférence en rapport avec ses fonctions au sein du Programme des Nations unies pour le développement. Un dossier contenant des informations confidentielles avait été placé subrepticement dans ses bagages.

Ensuite, nous n’avons plus su où il était. Nous ne savions même pas s’il était en vie. Finalement, 10 jours plus tard, nous avons appris qu’il était détenu par le Service de sécurité nationale. Il nous a fallu encore attendre quatre mois avant de pouvoir le voir.

Pendant que nous étions à sa recherche, Erkin subissait de terribles tortures. Pendant un mois, il a été soumis à des passages à tabac quotidiens et à des interrogatoires nocturnes. On lui a dit que sa famille l’avait dénoncé. Il a été forcé de signer des « aveux » dans lesquels il reconnaissait être un espion.

Les mots ne peuvent pas exprimer nos sentiments lorsque nous avons appris ce qui lui était arrivé. C’était de la tristesse, de la colère, de l’incompréhension et de la douleur. Mais aussi la ferme volonté d’obtenir justice. Peut-être sommes-nous devenus les pions d’une sorte de jeu politique, mais nous ne pouvons rien y faire.

Changé par la torture

Ses amis et collègues disaient d’Erkin qu’il était honnête et droit. Il faisait toujours de son mieux pour aider ses proches, et cela n’a pas changé. Mais, au bout de neuf ans de prison, il ne fait aucun doute qu’il a changé mentalement. La torture et la pression psychologique l’ont vieilli et il a besoin de soins dignes de ce nom. En prison, on lui donne au mieux de l’aspirine. La plupart du temps, on ne tient pas compte de ses demandes.

Chaque année, nous avons droit à quatre visites longues (de deux jours chacune), quatre visites courtes (de deux heures chacune) et sommes autorisés à lui apporter six colis (de 10 kilos chacun). Erkin adore apprendre et il m’a demandé un jour de lui apporter un livre de français pour apprendre la langue (son anglais est presque irréprochable). Mais même un simple manuel de français lui a valu des ennuis en prison. Les dirigeants de la prison – eux-mêmes plus ou moins illettrés – l’ont accusé d’espionnage en le voyant lire des livres étrangers.

Malgré tout, Erkin ne perd pas espoir que la justice triomphe un jour. Dans l’une de ses dernières lettres, il nous demandait de mener ce combat jusqu’au bout, quoi qu’il lui arrive, et de laver son honneur.

L’Ouzbékistan est l’un des États les plus autoritaires du monde et il est dangereux d’y exprimer son opinion. Mais, près de neuf ans après que son fils Erkin a été accusé d’espionnage puis torturé et placé en détention, Aïdjan Moussaïev a jugé que l’heure était venue de raconter leur histoire. <http://amnesty.org/sites/impact.amn...> Media Node : Erkin Musaev main_fra Erkin Musaev parents_fra En un coup d’œil :

Écrivez une lettre, changez sa vie :

Écrivez aux autorités ouzbèkes en leur demandant de libérer Erkin, au motif que les appels répétés en faveur d’un nouveau procès respectant les règles d’équité sont restés sans réponse depuis plus de huit ans. Réclamez une enquête approfondie sur les allégations selon lesquelles Erkin aurait été torturé en détention.

Utilisez la formule d’appel « Monsieur le Procureur » et envoyez votre lettre à l’adresse :

Prosecutor General Rashidzhon Kodirov, Prosecutor General’s Office of Uzbekistan, ul. Gulyamova 66, Tashkent 700047, Ouzbékistan

Agissez en ligne Twitter Tag : WriteForRights Story Location : Ouzbékistan 39° 18’ 3.8376" N, 59° 46’ 3.4428" E “Je suis un vieil homme et je crains pour la sécurité de mes autres enfants et de mes petits-enfants. J’ai passé un an à essayer d’obtenir un rendez-vous avec le procureur général, mais il a toujours refusé de me voir.” Source : Le père d’Erkin Moussaïev URL : Passez à l’action pour Erkin Moussaïev Description : Signez la pétition. URL : Écrire pour les droits Description : Informez-vous sur les autres cas de la campagne et passez à l’action !

Voir en ligne : http://amnesty.org/fr/news/aidzhan-...

Partager