Categories

Accueil > Actualité > Précisions sur la position d’Amnesty International concernant (...)

Précisions sur la position d’Amnesty International concernant l’homosexualité

4 janvier 2014
phensmans

Les lois qui érigent en infraction pénale les pratiques sexuelles auxquelles se livrent en privé des adultes consentants du même sexe contreviennent à plusieurs droits de la personne humaine, notamment le droit au respect de la vie privée, le droit de vivre libre de toute discrimination, et la liberté d’expression et d’association. Pour Amnesty International, celles et ceux qui sont incarcérés uniquement en raison de leur orientation sexuelle, réelle ou présumée, ou de leur identité ou expression de genre – y compris les personnes poursuivies pour avoir eu des relations sexuelles en privé et entre adultes consentants – sont des prisonniers d’opinion, qui doivent être remis en liberté immédiatement et sans condition.

Amnesty International demande aux autorités de tous les pays de réviser toute loi pouvant entraîner des discriminations, des poursuites ou des sanctions fondées uniquement sur l’orientation sexuelle ou l’identité ou l’expression de genre. Ces textes comprennent les « lois sur la sodomie » ou les dispositions similaires rendant illégaux les rapports entre personnes du même sexe ou transgenres, les législations discriminatoires en matière d’âge de consentement, les lois relatives à l’ordre public servant de prétexte aux poursuites et aux sanctions contre des personnes ayant une orientation sexuelle ou une identité ou une expression de genre spécifique, ainsi que les lois interdisant la « promotion de l’homosexualité », qui peuvent être utilisées pour emprisonner les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, ceux ou celles qui ont des relations sexuelles avec des personnes du même sexe, de même que les défenseurs des droits humains militant en leur faveur. Toutes ces lois doivent être modifiées ou abrogées.

Partager