Categories

Accueil > Education aux DH > Programme Edh Sénégal > Enfance et maltraitance : Pour un « daara » sans violence et respectueux des (...)

Enfance et maltraitance : Pour un « daara » sans violence et respectueux des droits de l’enfant

7 juin 2013
El hadj Abdoulaye Seck

Un atelier de formation à l’intention des maitres coraniques et " ndéyou daara " s’est tenu les 6 et 7 juin 2013 au Bloc scientifique de Rufisque et a réuni 30 participants. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le président du Réseau des collectifs des maitres d’écoles coraniques de Rufisque.

L’objectif de la formation étant de promouvoir le "daara" (école coranique) comme espace d’apprentissage sans violence pour les enfants. Aussi, il a fallu définir différents concepts notamment celui de l’enfant, distinguer ses besoins, identifier les catégories de droits et les illustrer avec des proverbes, des hadiths et des versets de coran. A l’issue des discussions, les participants ont convenus d’élaborer des critères et stratégies tendant à améliorer les conditions de vie et d’étude dans ces écoles coraniques.

Répartis en groupes, ils ont ensuite cité les besoins essentiels de l’enfant, les ont comparé aux droits et insisté sur l’approche droits avec les enfants. Ils ont ensuite classé ces droits en catégories, survie, développement, protection, et participation.
l’illustration les droits de l’enfant par des proverbes et des hadiths et des versets de coran

Les participants ont par ailleurs procédé au listing des différentes formes de violences dont le travail des enfants et la mendicité considérés comme une pire forme de travail. Ils ont ainsi revisité les Conventions 138 et 182 de l’OIT et la loi de 2005l qui condamne l’utilisation de la mendicité d’autrui. Ils ont montré, exemples à l’appui, que la maltraitance n’est pas seulement une situation de violence physique, psychologique, mais elle peut aussi être sexuelle.

Le facilitateur, après avoir demandé aux participants d’identifier les entités de la société chargées de protéger l’enfant leur a demandé de proposer des stratégies de protection de l’enfant. Les productions très intéressantes ont tourné autour des comportements alternatifs aux châtiments corporels comme l’écoute, la mise en place d’une charte en classe, une distinction de la faute de l’erreur et l’adoption de lois pour sanctionner les fautifs.

La dernière partie très riche a vu des propositions de taille allant dans le sens de l’amélioration des conditions d’études des talibés ; la mise en place d’une formation pédagogique, l’étude des programmes des daaras et l’élaboration de livrets de compétences, etc.

Le document sur la Convention sur les Droits de l’Enfant en langue arabe a été distribué ainsi que d’autres supports pouvant leur permettre d’avoir un outil supplémentaire pour le renforcement de leur capacité.

Partager