Categories

Accueil > Actualité > Il est temps pour Barack Obama de choisir les droits humains

Il est temps pour Barack Obama de choisir les droits humains

24 mai 2013
El hadj Abdoulaye Seck

Réponse d’Amnesty International au discours de Barack Obama sur la sécurité nationale

Le président Barack Obama a eu raison de réaffirmer la nécessité de fermer Guantanamo, de ne pas éluder le besoin d’une transparence accrue et de reconnaître les questions préoccupantes relatives à son programme de drones de combat. Il est grand temps désormais pour lui de passer à l’action et de faire avancer les choses.

Les transferts peuvent et doivent reprendre aujourd’hui et tous les détenus doivent être jugés équitablement devant des tribunaux fédéraux ou être libérés. Le président a eu raison de ne pas souscrire au concept de la détention illimitée, mais sa proposition de remettre en selle les commissions militaires iniques sur le territoire des États-Unis ne saurait être retenue, car elle est à la fois illégale et inutile.

Sur la question des drones, ce dont nous avons absolument besoin, ce n’est pas d’un « tribunal de combat », mais d’une transparence beaucoup plus grande quant au fondement juridique sur lequel s’appuie le programme de drones, y compris en diffusant les directives présidentielles récemment approuvées, ainsi que d’investigations indépendantes sur les exécutions extrajudiciaires présumées et de recours pour les victimes.

Nul besoin d’attendre pour abroger l’Autorisation de recours à la force armée de 2001. Le gouvernement de Barack Obama doit cesser sans délai d’invoquer la théorie bancale de « guerre mondiale » de laquelle découlent la détention illimitée, les commissions militaires et l’assassinat de terroristes présumés et de civils.

Le Congrès doit cesser de faire obstacle à la réforme. Les représentants élus doivent abroger les obstacles législatifs qui subsistent afin de fermer le centre de détention de Guantanamo et rendre public le rapport du Sénat sur la torture pratiquée par l’Agence centrale du renseignement (CIA).

Le président Barack Obama a raison de dire que son pays est à la croisée des chemins. Il est temps d’emprunter celui qui a été délaissé il y a plus de 10 ans. Il est temps de choisir les droits humains

Partager